Au sommet de sa tour d’ivoire

Depuis plusieurs mois, les Nancéiennes et Nancéiens sont témoins de la vision de la politique locale de la municipalité NUPES, alliant autorité sans concertation et verticalisme (con)descendant.
« Les habitants seront associés aux décisions concernant leur quartier et les grands projets de la ville et de la métropole »
promettait le maire actuel lors de la dernière campagne électorale. Force et de constater, qu’une fois de plus, l’engagement est illusoire et oublié. L’abandon du tram pour l’arrivée d’un trolleybus est l’exemple criant d’une décision imposée en petit comité, la municipalité aura eu l’élégance de l’annoncer aux élus par voie de presse. Quant à l’association des habitants aux prises de décision, elle se sera concrétisée par un pouvoir donné au bas peuple du Grand Nancy de choisir la couleur du bus. Même acte d’autorité sans dialogue pour rendre payantes près de 2000 places de stationnement jusqu’alors gratuites, au cœur même de quartiers résidentiels. Là encore, l’écoute et la concertation auront été les grandes absentes de cette opération de renflouage budgétaire. À l’heure où la ville baigne dans le flux de travaux et où la vie est rythmée par la fermeture des commerces, les habitants constatent encore une fois l’absence de discussion et de considération de la municipalité. En témoigne, cette fois, le spectacle récent offert par la mairie dans le cadre du réaménagement de la rue de Verdun : suppression de toutes les places de stationnement et d’aires de livraison au profit de la création de deux pistes cyclables, sans aucune plantation d’arbres ou installation de conteneurs enterrés.
« Aucune concertation préalable n’a été menée avec les riverains, et les élus de votre majorité ont refusé d’entendre les propositions des riverains, affirmant que le projet présenté est irréversible »
ont souligné les habitants de la rue de Verdun dans une pétition ayant recueilli plusieurs centaines de signatures. Où se trouvent l’écoute et le dialogue, lorsque les habitants ne sont pas invités aux premières réunions présentant les aménagements de leur rue ? Où se trouve la concertation, lorsque la majorité actuelle n’entend pas les propositions portées par les riverains ? Où se trouve la considération envers les habitants, lorsque la solution proposée aux familles et aux personnes à mobilité réduite pour répondre à l’absence de stationnement, est de s’acheter un vélo électrique ?
« À la réunion, les élus ne nous ont pas écoutés, ils nous ont pris de haut »
expliquait dans les colonnes de l’Est-Républicain, Florian Cilla, patron de la Boulangerie « Cilla », installé au numéro 5 de la rue de Verdun. Et ne vous y trompez pas, on retrouve cette méthode dans tous les quartiers. Demandons aux commerçants de la Grande Rue si l’esprit de concertation y a régné lorsque la piétonnisation a été actée. Demandons aux commerçants des rues Gambetta, Dominicains et Pont Mouja, dont le chiffre d’affaires a chuté de près de 30 %, s’ils se sentent écoutés par la municipalité actuelle. En matière de démocratie locale aussi, il y a loin des promesses de campagne à l’exercice du mandat. Nous le regrettons et le condamnons.
Les élus du groupe Nancy Positive

173 Comments

Post a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

a

Magazine made for you.

Featured:

Aucune publication n'a été trouvée pour les paramètres de requête fournis.

Échangeons autour de nos constats et propositions pour Nancy

Le mercredi 13 décembre à 18h00 au Campus de Sciences Po Nancy